Enduits, joints et colles bitumineux
Ebauche pour consultation publique.

Les matériaux bitumineux et goudronneux (différences entre bitume et goudron: cf. remarques à la fin de la fiche) contiennent souvent de l'amiante. Il s'agit p. ex. des matériaux suivants:

  • Colle de revêtement de sol (dalles en vinyle)
  • Colle de parquet
  • Colle pour les isolations en liège et autres (p. ex. dans les locaux frigorifiques)
  • Peintures bitumineuses ou goudronneuses utilisées comme étanchéité sur des toitures terrasses / toitures plates ou sur les façades extérieures des sous-sols des bâtiments
  • Joints de dilatation bitumineux ou goudronneux (p. ex. entre deux dalles en béton au sol)
  • Peinture sur des calorifugeages de conduites (p. ex. mousse polyuréthane) ou directement sur la conduite
  • Éléments de façade (en métal) avec revêtement bitumineux / goudronneux (revêtements anti-vibration)
  • Pare-vapeur
  • Cartons bitumineux ou goudronneux (p. ex. comme isolation de toitures)
  • Lés bitumineux ou goudronneux soudés

Utilisation normale

Type de matériau (degré d’agglomération): fortement aggloméré.

Risque pour la santé: aucun; aucune libération significative de fibres même lorsque les matériaux sont endommagés.

Déconstruction / transformation

En principe faible potentiel de risque étant donné que peu de fibres d'amiante sont libérées de la matrice bitumineuse ou goudronneuse même en cas de traitement (zone orange). Lors du retrait de grandes quantités de matériaux ou s'il faut compter sur une forte libération de fibres (p. ex. en cas de teneur élevée en amiante, de matériaux cassants), on peut estimer un risque modéré.

Cependant, en cas de retrait de matériaux bitumineux ou goudronneux par cryogénie, le potentiel de libération de fibres est élevé (zone rouge).

Les matériaux bitumineux ou goudronneux doivent généralement être répertoriés comme susceptibles de contenir de l'amiante, et donc faire l'objet de prélèvements d'échantillons avant tous travaux de construction. En raison du faible risque lors du traitement de petites quantités, il est possible, dans certains cas, de renoncer à un échantillonnage:

  • Petites quantités (moins de 5 m2): il est possible de renoncer à un prélèvement pour autant que les matériaux ne soient pas recyclés
  • Grandes quantités (plus de 5 m2): prélever
Echantillonner

Colles et peintures: gratter environ 5 g de matériau. Etant donné le très faible potentiel de risque, le nombre d'échantillons peut être limité.

Cartons de toitures et pare-vapeur: idéalement, env. 5 cm2 de matériau. Etant donné qu'il s'agit de matériaux homogènes, le nombre d'échantillons peut être limité.

Important: lors de l'analyse de toitures plates: dans les anciens bâtiments, il peut y avoir plusieurs couches d'étanchéité (aussi bien au-dessus qu'en-dessous de l'isolation). Pour le prélèvement d'échantillons, il ne suffit donc pas de gratter le bitume / goudron en surface. S'il est impossible de prélever un échantillon, p. ex. car l'étanchéité ne doit pas être endommagée, celle-ci doit être classée comme «contenant de l'amiante par défaut» dans le rapport et être analysée ultérieurement (soit en phase d'utilisation avec l'aide d'un étancheur, soit juste avant le démontage).

Colle bitumineuse / étanchéité: ouvrier instruit, procédure avec équipement de protection conformément à la fiche thématique 33049 de la Suva.

Cartons de toitures et pare-vapeur: ouvrier instruit. Procédure avec équipement de protection conformément à la fiche thématique 33049 de la Suva (sauf en cas de forte teneur en amiante).

Conduites avec peintures isolantes bitumineuses: ouvrier formé, procédure conformément à la fiche thématique 33074 de la Suva.

D’une manière générale: possibilité d'élimination dans une UIOM avec déclaration correcte et en concertation avec l'UIOM concernée.

Remarque: ce processus d'élimination n'est toutefois pas conforme à la législation, aucun déchet amianté ne devant être remis à une UIOM. Par conséquent, l'OFEV étudie actuellement l'élimination par le biais des UIOM. Une décision définitive sur le mode d'élimination autorisé est en attente du côté de l'OFEV et devrait être communiquée parallèlement à la publication de l'aide à l'exécution de l'OLED relative à l'amiante (insérer le LIEN ici).

Matériaux à teneur minérale élevée: éventuellement en décharge de type E ou UIDS (usine d’incinération des déchets spéciaux). À clarifier avec le canton.

Remarque: les matériaux contenant du goudron peuvent présenter une teneur élevée en HAP (cf. également remarques ci-dessous). Cela doit être également pris en compte lors de l'élimination (respect des prescriptions de l'UIOM resp. de la décharge concernant les teneurs en HAP).

Remarque générale : Dans les cantons romands l'Aide à l’exécution intercantonale sur "l'Elimination des déchets contenant de l’amiante" (AERA, décembre 2016) s'applique. Pour les cantons alémaniques et le Tessin, il n'y a actuellement aucune directive comparable. L'OFEV est en train d'élaborer une aide à l'exécution à l'OLED sur l'élimination de déchets contenant de l’amiante. Dès que l'OFEV aura publié ce document, les informations correspondantes seront reprises dans la présente documentation.  En attendant, les indications de Polludoc se basent sur la pratique commune en Suisse alémanique (sans reprendre des spécificités cantonales). Pour la protection de la santé des travailleurs, il faut par ailleurs respecter les fiches techniques 33063 et 33064 de la Suva. Les autres données devront être utilisées avec précaution.

Seuls les pares-vapeur légèrement imprégnés de bitume peuvent être classés comme faiblement agglomérés. Cf. également Hypalon.

Le goudron et le bitume sont visuellement très similaires et ont été mis en œuvre dans le même but (le goudron autrefois, le bitume aujourd'hui). Les deux termes sont souvent utilisés comme synonymes. Le goudron est cependant très différent du bitume, tant en termes de fabrication que de composition chimique. Le bitume est obtenu à partir de pétrole, tandis que le goudron est issu de lignite et de houille. Contrairement au goudron, le bitume contient peu de HAP. Il n'a également pas «l'odeur» typique du goudron. Lors du traitement et de l'élimination de matériaux contenant du goudron, il faut par conséquent, en plus des risques liés à l'amiante, également veiller aux risques liés aux HAP (p. ex. libération suite à un effet de chaleur). La teneur en HAP doit ainsi être prise en compte lors de l'élimination.

Photos
Feedback / Corrections

Vous voyez ici des erreurs ou ambiguïtés ? Ou vous avez des photos que nous pourrions ajouter à notre collection? Merci de nous envoyer votre feedback.